Comment lutter contre le syndrome de la page blanche ?



Tout écrivain est confronté au syndrome de la page blanche à un moment ou à un autre. Nous avons tous fixé l’écran ou le papier, ne sachant pas quoi faire ensuite. Parfois, il s’agit d’un manque d'idées. Parfois, nous n’arrivons pas à trouver la bonne formulation. Le blocage de l'écrivain est frustrant lorsque tu veux écrire une histoire, mais que tu ne trouves pas les mots pour la raconter. Cependant, se sentir bloqué n'est pas nécessairement la fin. Sur cet article, nous allons diagnostiquer le problème et suggérer quelques solutions possibles. Si tu as du mal à écrire en ce moment, poursuivez la lecture.


Par où commencer ?

C'est l'anxiété qui te ronge lorsque tu es face à une page blanche, incapable de t’engager à commencer parce que chaque idée te semble terrible. Tu supprimes ou effaces chaque première phrase. Les bonnes idées te semblent insaisissables. Dans le pire des cas, ce syndrome de la page blanche te pousse à abandonner avant même d'avoir vraiment commencé.


La bonne nouvelle, c'est qu'il existe un remède éprouvé pour ce type de blocage : trouver quelque chose, n'importe quoi sur lequel écrire. Que tu te mets à écrire en te soumettant à une sorte d'exercice ou d'invitation à écrire, ou que tu prends le temps de décrire le cadre dans lequel ton roman commence, la clé est de faire jaillir les mots et d'aller de l'avant.


Se forcer à continuer d'écrire une histoire, c'est comme réanimer son travail en cours, en frappant la page vide à l'aide d'un défibrillateur pour faire battre le cœur de l'œuvre apparemment sans vie. C'est difficile, oui, et pas toujours agréable. Mais cela te fera écrire un roman et, souvent, ces séances difficiles produisent un excellent travail.



Une bonne structure !


La deuxième forme du syndrome de la page blanche est de nature très différente, mais tout aussi terrifiante. C'est le blocage que tu rencontres lorsque tu as atteint un point de ton histoire où tu n’as aucune idée de ce qui se passe ensuite. Tu as écrit beaucoup de mots. Tu peux en avoir 10 000 ou plus, mais tu es dans une impasse créative. Tout à coup, le plan qui t’enthousiasmait tant se révèle être un non-sens. Tu ne peux pas écrire une histoire parce qu’elle mène à un point de logique défectueux ou parce qu’elle n’est pas liée à ce que tu as écrit jusqu'à présent.

Ici, contrairement à ce que tu devrais faire avec la version précédente, tu devrais faire une pause, revenir en arrière et repenser les choses.

Ce que je veux dire par là, c'est qu'il faut revoir ce que tu as déjà écrit. Revenir en arrière, relire et trouver le noyau d'inspiration qui t’as poussé jusqu'ici, que ce soit le thème, le personnage ou le motif qui t’as enthousiasmé ou le développement de l'intrigue que tu souhaitais élaborer. La plupart du temps, il est là, quelque part, et tu le trouveras pour identifier l'endroit où tu t’es égaré. Si tu peux identifier le point où tu as pris un mauvais virage, tu peux certainement le corriger. Peut-être peux-tu trouver comment remettre ton histoire sur les rails à partir de là où tu es maintenant.


Surmonter le manque de confiance en soi


Le manque de confiance est la version la plus vicieuse du syndrome de la page blanche, celle qui s'abat sur l’auteur en herbe une fois le travail terminé.

C'est le type de blocage contre lequel tu luttes le plus aujourd'hui. Lorsque tu termines un long projet, tu ne peux t'empêcher d'imaginer toutes les raisons pour lesquelles les gens pourraient penser qu'il est insuffisant. En d'autres termes, tu accordes une crédibilité démesurée aux critiques potentiels. Les proverbiaux critiques en ligne qui attendent dans l'ombre de démolir tes œuvres.

La vérité, c'est que ces critiques n'existent pas et que plus tôt tu le comprendras, mieux ce sera. S'il est important d'être capable d'évaluer objectivement ton travail, tu n’arriveras jamais à terminer et à publier un roman si tu ne trouves pas le moyen de faire taire cette voix dans ta tête qui essaie de te convaincre de ne pas le faire. Si tu n'y parviens pas, ces critiques invisibles te convaincront de faire quelque chose de stupide, comme de ranger ton écriture créative sous un matelas.


Le doute fait partie intégrante du processus d'écriture, mais il ne faut pas le laisser dérailler.

Le seul remède, en fin de compte, est de ne pas te laisser perdre la bataille, quel que soit le moment de votre processus de rédaction où tu y es confronté. Traversez le doute. Mettez des mots sur la page. Révisez si nécessaire.

Chaque type de blocage de l'écrivain appelle une solution différente. Mais chacune exige la même détermination : tu ne dois jamais abandonner.




Trouver l'endroit paisible de ton esprit


Un esprit paisible est un esprit heureux et productif. Parfois, ton cerveau, ton inspiration et ta créativité sont surchargés et ont besoin d'être remis à zéro. Éloignes toi des distractions et plonge-toi dans des activités qui calment votre esprit. Qu'il s'agisse de musique, d'art, d'exercice, de méditation, de lecture, de sortie avec vos amis ou d'autre chose, changer ton état d'esprit peut t’ aider à revenir à l'écriture créative avec un regard neuf et moins stressé.


Parfois, un petit changement d'environnement est tout ce dont tu as besoin pour libérer ta créativité. Du coup ; essaie de voyager dans un endroit différent ou de travailler dans une autre pièce de ta maison. Le simple fait de changer ton espace de travail fera l'affaire. Un nouvel environnement peut réveiller ton esprit stagnant et te donner une nouvelle perspective.



Faire appel aux professionnels et aux experts


En tant qu’auteur en herbe, il t’arrive souvent de te retrouver à un carrefour où tu as de nombreuses idées, mais pas assez d'informations pour les mettre en œuvre. Dans ce cas, cherchez les conseils d’écriture dont tu as besoin. Allez voir des professionnels, des experts ou des enseignants qui peuvent t’aider à comprendre une idée ou une information spécifique. Faites des recherches sur les décors, les périodes et les personnages utilisés dans tes histoires pour libérer ta créativité. Il peut s'agir de visiter des lieux pour trouver l'inspiration, de s'immerger dans la musique, l'art et la mode de l'époque, d'entrer en contact avec ton public, etc.