Peut-on réussir sans piston en tant qu'auteur ou scénariste ?

Mis à jour : mars 21

Voici la grande question que tout le monde se pose et le cliché que je dois affronter très souvent... Alors je vous réponds en toute franchise ici...


Je déteste le mensonge. J'ai toujours voulu réussir ma vie et accomplir mes rêves, tout en gardant mon intégrité et ma sincérité. Comme ça je dors bien et je peux me regarder dans un miroir.


Je n'aime pas les vendeurs de " rêve ", ceux qui prétendent que réussir en tant qu'artiste c'est facile, et que ça peut se faire en quelques jours. Pour la plupart des gens, ce n'est pas vrai. Ce qui est vrai par contre, c'est qu'avec du travail et de la bonne volonté, TOUT est possible ! Et ce n'est pas " vendre du rêve ". C'est une réalité ! Mais pour y parvenir, il faut avoir un coeur en or, et une volonté de fer. Il faut être prêt à affronter les tempêtes et les orages comme un marin qui fait une course en haute mer. Le chemin n'est pas toujours rose mais le jeu en vaut la chandelle. Vaut-il mieux se battre pour ses rêves ou vivre avec des regrets ? Pour moi le choix était vite fait !

Donc oui, réussir sans piston c'est possible. Je connais sincèrement énormément de personnes qui ont réussit sans piston dans mon entourage. Des gens qui ont envoyés des romans dans des comités, ont fait des résidences d'auteur, ont trouvés une production pour leur premier film... Et c'était également mon cas !


Mais avant de réussir, souvent on essuie les refus. On doit s'accrocher. S'armer de patience. Avoir le courage d'affronter le " rejet ". Car finalement, c'est ça qui nous empêche en permanence d'avancer. Cette peur constante du rejet... C'est un phénomène naturel qui s'exprime depuis l'enfance car nous sommes programmés avec un besoin naturel d'affection et de reconnaissance qui s'exprime déjà par le biais de nos parents...


Mais cette peur nous devons absolument la dépasser si nous voulons réussir dans notre vie, et atteindre nos objectifs. Et nous devons aussi mettre de nos côtés nos " croyances limitantes " comme cette idée que l'on ne peut jamais réussir dans le monde artistique sans piston. Ces croyances limitantes finalement nous protègent. Lorsqu'on ne tente rien, on ne peut pas échouer. Mais en vérité, ne rien tenter, croyez-moi, c'est le pire des échecs !